Un pauvre garçon s’occupe quotidiennement d’un vieil enseignant malade, son fils n’apparaît qu’un an plus tard

Lorsque Brandon a rendu visite à son professeur à la retraite, il a pris l’aide de sa mère pour s’occuper de l’homme solitaire. Brandon ne savait pas que, un an plus tard, on lui demanderait de quitter la maison et d’emmener son professeur avec lui.

Brandon était toujours debout avant le soleil, qui semblait briller un peu plus fort autour de lui.

Le garçon de 12 ans a été béni avec un cœur qui pouvait lire n’importe quel soupçon de chagrin ou de douleur dans vos yeux et vous offrir de petits mots et actions qui ont apaisé votre âme en toute innocence.

Et sa gentillesse venait de chez lui. Les parents de Brandon étaient un couple qui avait combattu la stigmatisation dans leurs communautés pour même être ensemble. Grâce à leur propre expérience de vie, Nina et Carl savaient à quelles tempêtes l’amour et le respect pouvaient résister.

Et donc, quand ils ont eu la chance d’avoir un petit garçon, ils se sont concentrés sur son éducation pour qu’il soit gentil et respectueux. Même si son père est décédé il y a deux ans, les leçons qu’il a laissées à Brandon ont perduré.

Nina et Brandon ont emménagé dans une maison encore plus petite. Ils avaient des repas encore plus petits, mais c’était riche en nutrition et la joie d’une honnête journée de travail.

La vie nous donne assez pour aider quelqu’un dans le besoin.

Nina a occupé deux emplois et a pris du travail dans le quartier en tant que couturière. Le vrombissement de la machine à coudre avait toujours été la berceuse de Brandon.

Nina savait à quel point elle était bénie d’avoir Brandon, et sa vie n’avait qu’un seul but : s’assurer que son brillant fils reçoive la meilleure éducation. Et pendant qu’elle travaillait sans relâche pour atteindre cet objectif, Brandon l’a soutenue de toutes les manières possibles.

« Tu t’occupes du travail et de l’argent. Je m’occupe de la maison et de l’école », avait dit Brandon à sa mère.

Le garçon savait où allaient chaque casserole et poêle dans la cuisine. Il s’était fait un livre de recettes en observant sa mère cuisiner, et il n’y avait pas de corvée trop ennuyeuse pour lui.

Chaque soir, Nina revenait épuisée dans une maison bien tenue, un câlin chaleureux et un repas chaud préparé par son cher fils certains jours.

Les dernières heures de veille de Brandon étaient consacrées aux études. Et les jours difficiles, il y avait toujours un sujet qui le calmait. Littérature.

Il se précipita dans ses études et ses devoirs pour d’autres matières, afin de pouvoir s’asseoir avec son manuel de littérature près de la fenêtre fissurée et lire doucement de la prose et de la poésie dans le ciel nocturne. Peut-être que son amour pour la littérature est venu d’une autre figure paternelle dans sa vie.

« Mr. Gilmore? Mr. Gilmore! Hello, sir. Have you seen Mr. Gilmore around today? »

Brandon had been looking for his literature teacher at school, the one who taught him how to read and write with purpose. He was also the one to teach Brandon to ignore bullies at school who teased him over his love for books.

« La littérature, c’est pour les filles, mec ! » dirait l’un des garçons.

« Oh, la littérature n’est que sa couverture pour avoir peur de faire du sport. ‘Et si je me gratte le genou?’ Quelle mauviette ! » avait fait remarquer un autre camarade de classe.

Grâce à l’influence de M. Gilmore dans la vie de Brandon, il savait précisément comment sourire et dépoussiérer toute la moquerie de son esprit.

M. Gilmore n’était pas le genre d’homme qui sauterait une seule journée au travail, alors quand il ne s’est pas présenté pendant cinq jours d’affilée, Brandon s’est inquiété pour son mentor.

« Malheureusement, M. Gilmore ne travaille plus avec nous. Je suis allé le voir hier. Il est en mauvais état, Brandon. Il est enfermé seul dans sa maison, se levant à peine de son lit ou même mangeant. »

Brandon avait hâte de rendre visite à son ancien professeur. Le lendemain, il a trouvé son chemin vers la maison de M. Gilmore. Nina avait préparé pour le vieil homme plus de la moitié du déjeuner qu’elle avait préparé cet après-midi-là.

« Ne te lance pas dans une longue conversation tout de suite. D’abord, laisse l’homme manger », avait conseillé Nina à son fils.

Brandon a sonné à la porte de la maison étroite et a dû attendre près de cinq minutes avant que la porte ne s’ouvre. Et quand ce fut le cas, la vue devant les yeux de Brandon lui brisa le cœur. Devant lui se tenait un homme frêle, tremblant de froid, debout, le dos voûté épuisé et un faible sourire.

« Bonjour, M. Gilmore! »

« Brandon ? Quelle belle surprise ! S’il vous plaît, entrez.

La sécheresse de la voix de M. Gilmore blessa encore plus Brandon.

Selon les instructions strictes de Nina, Brandon a mis la table et s’est assis avec M. Gilmore pour le déjeuner. Il y avait une soupe chaude, une salade verte, une tourte au poulet et une demi-miche de pain.

« M. Gilmore, y a-t-il quelqu’un que je peux appeler pour vous ? Un membre de la famille ou un ami que vous aimeriez voir venir vous rendre visite ? »

La gentillesse et le réconfort dans la voix de Brandon étaient presque étrangers à l’homme malade. « Il n’y a… personne. J’ai perdu ma femme Diane dans un accident anormal il y a 27 ans. Et c’est tout. Là s’arrête ma liste de personnes qui m’ont aimé comme je les ai aimées.

« I do have a son, but he reckoned I was difficult to be around, so he moved away to the other end of the country. He would rather have no parent around than have me in the same city as him.

« I thought I would spend my sunset years immersed in the only thing I know how to do well: teaching. But now, it looks like this is my new and final chapter, » Mr. Gilmore said, feeling the wrinkles and bulges on the back of his palm.

The man’s voice had started to dry and taper off again. He looked tired after the long meal. There were so many questions Brandon wanted to ask his teacher. ‘But there are going to be plenty of opportunities for that,’ the boy told himself.

Brandon a bordé M. Gilmore et est parti avec une promesse sur les lèvres et dans le cœur : « Je serai de retour demain ! »

Il a continué à rendre visite à M. Gilmore tous les après-midi après l’école. Au lieu de rentrer chez lui et de faire les corvées, il est allé chez M. Gilmore et a fait la même chose pour lui.

Nina se rendait également entre les quarts de travail pour préparer un repas sain et avoir une conversation saine avec le sage.

Au cours des six mois suivants, la gentillesse de Nina et Brandon a ramené l’ancien M. Gilmore. Le professeur était de retour sur ses pieds, utilisant à peine une canne, et il aidait son élève sincère à en apprendre davantage sur le monde de la littérature.

C’est devenu leur nouvelle vie, une dans laquelle Nina et Brandon se sentaient bénis d’avoir une figure paternelle, et M. Gilmore avait l’impression d’avoir à nouveau une famille.

La vie n’était pas moins difficile pour le trio, mais elle était bien plus belle.

Jusqu’à ce qu’un après-midi, un visiteur impatient de la maison de M. Gilmore n’arrête pas de sonner à la porte. M. Gilmore, Nina et Brandon sirotaient une tasse de cacao chaud au cours d’une délicieuse conversation lorsqu’ils entendirent les sonneries et les coups incessants.

À travers les rideaux de la fenêtre de devant, M. Gilmore reconnut le jeune homme. Il prit une profonde inspiration comme pour se préparer à une tempête et ouvrit la porte.

« Dwight, c’est toi, fils ? »

« Ça t’a pris suffisamment longtemps! » Dwight a laissé tomber ses bagages à la porte de frustration. Il avait l’air de vouloir s’en prendre au vieil homme, mais la vue de deux invités le prit au dépourvu.

« Qui sont ces gens ? Tu es devenu assez riche pour embaucher de l’aide maintenant, n’est-ce pas, papa ?

M. Gilmore essaya de contenir la colère qui avait déjà commencé à bouillonner en lui.

« Ce sont mes amis. Ce jeune garçon brillant s’appelle Brandon, et c’est sa mère, Nina. Ils m’ont en fait été d’une grande aide pendant ma maladie. Ils venaient, me nourrissaient, me tenaient compagnie, m’aidaient à… »

« Donc, ce sont en quelque sorte des aides-soignants. Sauf que vous les obligez à le faire gratuitement ! »

M. Gilmore était tellement en colère qu’il voulait casser quelque chose. Mais un regard sur le visage inquiet de Brandon, et M. Gilmore se rappela ses propres leçons de calme.

« Comment puis-je vous être utile aujourd’hui, mon fils ? » demanda-t-il avec un sourire.

« Viens, assieds-toi pour une tasse de cacao », intervint Nina. « Tu dois être épuisée.

« Je n’ai pas le temps pour ça. Termine ton goûter et range tes affaires, papa. Tu dois quitter cette maison ce soir. »

M. Gilmore a été surpris par la soudaineté du plan.

« D’où ça vient ? » demanda-t-il à son unique enfant.

« Je ne peux plus attendre. Je vous ai demandé de refaire cette maison pour que je puisse enfin la vendre et utiliser l’argent pour déménager en Australie. Plus besoin de danser. J’ai besoin d’argent maintenant !

« Dans un mois, je vais réaménager l’endroit et le vendre au prix qu’il mérite. Il y a des ouvriers qui arrivent, à partir de demain. Alors s’il vous plaît, emmenez vos amis et partez. Maintenant ! »

Nina et Brandon étaient sans voix alors qu’ils se conformaient aux ordres impitoyables de l’homme. Il allait sans dire qu’ils feraient vivre M. Gilmore avec eux dans leur petite maison dans un avenir prévisible.

M. Gilmore, d’autre part, avait l’air plus calme et avait même un léger sourire sur son visage alors qu’il emballait ses affaires, au grand dam de son fils.

« Dwight, mon garçon, je sais que ce n’est rien de personnel. J’espère que tu le sais aussi. Il y aura un homme qui viendra me rencontrer dans environ une semaine. Tu peux lui parler à la place, et le renvoyer. »

« Nous verrons », a déclaré Dwight, ne sachant pas quoi penser de la déclaration de son père.

Une semaine plus tard, un homme est arrivé à la maison pour demander M. Gilmore. C’était son avocat.

« Cette maison, monsieur, a été vendue. Vous devez quitter les lieux d’ici demain matin. »

« Vendu ? C’est impossible. Je n’ai pas encore trouvé d’acheteur. Je commence tout juste à rénover… »

« Oh, pas par vous. M. Gilmore était déjà en conversation avec une famille au sujet de la vente de cette maison. C’était il y a un mois. La confirmation de l’acheteur n’est arrivée qu’il y a environ une semaine, et la paperasse est enfin terminée. Tenez, prenez un regard. »

Dwight était trop furieux pour lire la pile de papiers que l’avocat lui montra.

« Gah ! Ça n’a pas d’importance. Je parlerai à qui que ce soit cet ‘acheteur’, et nous aurons annulé cet accord. »

« J’ai bien peur que l’acheteur ne soit pas d’accord, monsieur. »

Dwight était ennuyé par le ton calme et la certitude perçante de l’homme.

« Oh vraiment ? Comment peux-tu en être si sûr ?

« Parce que c’est moi, monsieur. Je suis l’acheteur. J’ai acheté cette belle maison pour ma famille de trois personnes. Et je l’aime telle qu’elle est !

Ce soir-là, pour la première fois depuis des années, le fils de M. Gilmore l’appelait sans relâche.

Le vieil homme savait que ce jour viendrait, et il s’y était préparé depuis le début.

« Vous êtes tout à fait le cerveau, monsieur! » Brandon a dit alors qu’il apprenait une nouvelle leçon pour survivre à la dureté du monde.

« Attends de voir notre nouvelle maison, gamin ! M. Gilmore le taquina, s’accrochant à une autre surprise.

M. Gilmore avait déjà choisi une belle nouvelle maison pour vivre avec sa nouvelle famille. C’était plus petit que sa maison d’origine, mais c’était une maison qui s’est remplie d’amour, de rires et de littérature.

Pour le reste de sa vie, M. Gilmore a gardé un dernier secret : il avait réécrit son testament. Le jour où il quitterait cette vie, Nina et Brandon apprendraient que l’homme avait laissé toute sa richesse dans un seul but : « vers les études supérieures de mon meilleur élève et du fils que je n’ai jamais eu ; mon très cher Brandon ».

Que pouvons-nous apprendre de cette histoire ?

La vie nous donne assez pour aider quelqu’un dans le besoin. Même si Brandon et Nina étaient en difficulté, ils ont trouvé un moyen d’aider M. Gilmore, solitaire, à aller mieux. Ils ont fini par travailler plus dur, mais la satisfaction de leur nouvelle amitié en valait la peine.
Nos enseignants méritent toute une vie d’amour, de respect et de soutien. Comme M. Gilmore, quelques-uns de nos enseignants choisis nous ont aidés à développer nos intérêts et notre confiance. Ils sont devenus des figures paternelles, des figures maternelles et des amis pour nous. Nous ne devons jamais les oublier et les aider de toutes les manières possibles.
Partagez cette histoire avec vos amis. Cela pourrait égayer leur journée et les inspirer.

Si vous avez aimé cette histoire, vous aimerez peut-être celle d’un autre élève qui a coûté son travail à son professeur mais qui a appris à vraiment respecter le professeur – grâce au père du garçon qui est intervenu.

Cette pièce est inspirée d’histoires de la vie quotidienne de nos lecteurs et écrite par un écrivain professionnel. Toute ressemblance avec des noms ou des lieux réels est purement fortuite. Toutes les images sont uniquement à des fins d’illustration. Partagez votre histoire avec nous; peut-être que cela changera la vie de quelqu’un.

Check Also

Ça donne aux jeunes une longueur d’avance: Monica Bellucci, 57 ans, affiche une superbe silhouette et une beauté féminine

Monica Bellucci est une actrice qui a joué de nombreux rôles différents et qui n’a …

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *