La police arrête un garçon de 12 ans au volant de sa voiture : « Je conduis ma mère inconsciente à l’hôpital », dit le garçon – Histoire du jour

Après avoir aperçu un enfant au volant d’une voiture sur la route principale d’une ville, un officier de police reste pantois. Il interpelle le garçon jusqu’à ce qu’il découvre pourquoi il a soudainement décidé de prendre le volant sans permis.  Macy était une mère célibataire d’un garçon de 12 ans nommé Jimmy. Lorsque Jimmy avait huit ans, son père les a quittés pour une autre femme et ne s’est plus jamais montré.

Depuis cet incident déchirant, il n’y avait que Macy et Jimmy. Macy faisait toujours de son mieux pour faire passer Jimmy en premier, aussi, lorsqu’elle ne travaillait pas, elle passait tout son temps avec lui.  Chaque week-end, Macy et Jimmy partaient à l’aventure. Ils se rendaient à la plage, faisaient des randonnées dans la nature, des activités nautiques dans les lacs. Bref, ils s’amusaient bien ensemble.

Durant l’un de ses week-ends, ils avaient décidé de conduire de la Californie au Nevada. Ils étaient allés camper dans la zone de conservation nationale de Red Rock Canyon, où ils avaient fait de la randonnée et pris des photos autour du site pittoresque. Sur le chemin du retour, Macy avait soudainement arrêté la voiture sur le bord de la route. « Attends une seconde, mon cœur. Je ne me sens pas très bien », avait-elle admis.

Avant même d’avoir pu répondre, Jimmy a remarqué que Macy s’était affaissée sur le côté de sa chaise, perdant connaissance. « Maman ! », avait-il crié. « Maman ! Ça va ? » demanda-t-il en la secouant pour la réveiller. « Maman, lève-toi », dit-il. Il attrapa la bouteille d’eau à côté de lui et l’aspergea d’eau.   Comme sa mère ne se réveillait toujours pas, Jimmy jeta un coup d’œil aux alentours pour trouver des établissements proches, mais tout ce qu’il voyait, c’était le désert. Ils étaient quelque part au milieu du Nevada. Il n’y avait pas de voitures en approche, alors il réfléchit rapidement.

Jimmy tira sa mère vers la banquette arrière pour qu’il puisse prendre le volant. Il n’avait pas de permis de conduire et n’avait conduit qu’une seule fois dans sa vie, mais il craignait que sa mère n’y arrive pas s’ils restent garés au milieu de nulle part.

Le jeune homme de 12 ans manipula le GPS et chercha l’hôpital le plus proche. Il en trouva un à dix minutes de l’endroit où ils se trouvaient. Il appuya sur l’accélérateur et poussa un soupir de soulagement lorsqu’il commença à distinguer des établissements apparaître à gauche et à droite, signalant qu’ils étaient déjà proches de la ville proprement dite.

Cependant, dès qu’il fut arrivé sur l’une des routes principales, une voiture de patrouille se mit à le suivre. « Arrêtez la voiture sur le côté de la route », dit l’officier dans son mégaphone.

Le cœur de Jimmy se mit à battre la chamade. Il savait qu’il avait des ennuis. Il arrêta lentement la voiture sur le trottoir et attendit que les officiers s’approchent de lui.

« Mon garçon, à quoi tu pensais ? » demanda l’un des officiers. « Tu es définitivement trop jeune pour conduire. Qu’est-ce qui se passe ici ? »

« Je suis désolé, officier Winston », répondit Jimmy, en jetant un coup d’œil à sa plaque d’identité. « Je conduis ma mère inconsciente à l’hôpital ! Ma mère nous ramenait du Nevada en voiture quand elle a soudainement arrêté la voiture sur le bord de la route parce qu’elle se sentait mal. Elle a perdu conscience immédiatement après. Je n’avais pas d’autre choix que de nous conduire. J’avais peur qu’elle ne s’en sorte pas ». Jimmy était pratiquement en pleurs en regardant sa mère.

Le policier jeta un coup d’œil à Jimmy comme pour vérifier s’il disait la vérité ou non, ensuite il lança un autre regard à la banquette arrière. Il réalisa qu’il y avait effectivement une femme évanouie.

« Va t’asseoir sur le siège passager. Je vais te conduire à l’hôpital », dit-il en faisant signe à Jimmy de se pousser.

Mais son partenaire de patrouille s’y opposa. « Allez, mec. Ce gamin n’a pas respecté la loi ! Il aurait dû appeler le 911 et attendre qu’ils arrivent au lieu de conduire. Nous devrions mettre cette voiture à la fourrière et arrêter le garçon », argumenta-t-il.

« On parle d’une VIE là ! Regarde-la. Elle devient de plus en plus pâle ! Elle a besoin d’aller à l’hôpital rapidement », répondit l’officier Winston.

« Vous allez vous faire virer ! Tout doit être fait dans le respect de la loi. Nous avons prêté serment. Tu ne te souviens pas ? » lui demanda son partenaire.

« Je vais peut-être me faire virer, mais ma vie ne s’arrêtera pas à mon statut d’officier de police. La vie de cette femme peut se terminer aujourd’hui si elle n’arrive pas à l’hôpital. J’ai prêté serment de protéger la communauté que je sers. Je veux que ce garçon ait la chance de grandir avec sa mère, même si c’est la dernière chose que je fais en tant que policier », déclara l’officier Winston.

L’officier Winston prit le volant et conduit Jimmy et Macy à l’hôpital. Une fois sur place, Macy futrapidement transportée aux urgences, où l’agent Winston veilla à assister Jimmy tout en parlant aux médecins.

Après avoir passé quelques tests, il s’avéra que Macy avait subi un anévrisme cérébral. « Heureusement, vous avez pu l’emmener à l’hôpital avant que l’anévrisme ne se rompe. Si vous l’aviez amenée dix minutes plus tard, il aurait été difficile de la sauver », leur dit le médecin.

En entendant cela, Jimmy était submergé par l’émotion. Il était soulagé d’avoir fait confiance à son instinct en prenant le volant et se mit à pleurer. « Merci, officier Winston. Si vous n’aviez pas été là, je serais resté orphelin », lui dit-il.

L’officier Winston était heureux d’avoir pu aider ce pauvre garçon et sa mère. Il n’avait pas réalisé que l’histoire était plus complexe et que Jimmy était l’enfant d’un parent célibataire.

Pendant que Macy se rétablissait à l’hôpital, l’agent Winston s’occupa de Jimmy. Il s’assura qu’on s’occupait de lui et que Macy et lui avaient tout ce dont ils avaient besoin.

Après quelques semaines, Macy fut complètement rétablie. Elle était reconnaissante à l’agent Winston d’avoir pris soin de Jimmy en son absence et de l’avoir emmenée à l’hôpital. Et dès qu’elle en sortit, elle glissa un mot en faveur de l’agent Winston à son poste de police. Non seulement il fut félicité pour son héroïsme, mais il fut également promu.

Pendant ce temps, Macy et Jimmy sont restés bons amis avec l’agent Winston, qui a présenté la mère et le fils à sa famille, de sorte qu’ils avaient plus de personnes avec qui passer leur temps libre.

Que pouvons-nous apprendre de cette histoire ?

Il y a des gens bien dans le monde qui sont prêts à vous aider. Jimmy a eu peur lorsque les policiers l’ont arrêté, jusqu’à ce qu’il se rende compte que l’un d’entre eux voulait sincèrement l’aider. Jimmy et Macy ont remercié l’agent Winston pour sa gentillesse et ont été touchés de découvrir qu’il existe encore des personnes prêtes à faire des efforts pour aider les autres.

Les gens font des choses impossibles pour les personnes qu’ils aiment. Jimmy ne s’attendait pas à conduire ce jour-là, mais lorsqu’il a vu que sa mère devait être emmenée à l’hôpital, il n’a pas hésité à sauver la vie de sa mère.

amomama.fr

Check Also

Ça donne aux jeunes une longueur d’avance: Monica Bellucci, 57 ans, affiche une superbe silhouette et une beauté féminine

Monica Bellucci est une actrice qui a joué de nombreux rôles différents et qui n’a …

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *